חיפוש
סגור את תיבת החיפוש

Français

Eran Tzidkiyahu

Je suis né et j’ai grandi dans le quartier de Talfiot Mizrah, connu par les habitants de Jérusalem sous le nom de « Palais du Gouverneur ». En tant que petit enfant, je ne savais pas que mon quartier était un maillon d’une chaîne de quartiers construits dans le cadre de la politique israélienne envers les Juifs et de l’annexion de Jérusalem-Est. J’ai eu une enfance agréable dans le quartier. Les villages arabes environnants, Tzur Bahr et Jabal Mukaber, faisaient partie du paysage. J’ai vu et connu mes voisins arabes, ils étaient à la fois visibles et invisibles pour moi. J’avais 7 ans lorsque l’Intifada a éclaté en décembre 1987. Je me souviens de la façon dont les règles de vie ont changé, mes visites de Shabbat dans les villages voisins et à Bethléem ont cessé. Nous n’allions plus monter à dos de chameau ni à dos d’âne sur le Mont des Oliviers. Avec nos sens d’enfants, nous avons saisi et assimilé la distance et l’inimitié qui régnaient entre nous et les Arabes. Mais du point de vue de l’enfant, il s’agissait de changements mineurs.

Je suis né et j’ai grandi dans le quartier de Talfiot Mizrah, connu par les habitants de Jérusalem sous le nom de « Palais du Gouverneur ». En tant que petit enfant, je ne savais pas que mon quartier était un maillon d’une chaîne de quartiers construits dans le cadre de la politique israélienne envers les Juifs et de l’annexion de Jérusalem-Est. J’ai eu une enfance agréable dans le quartier. Les villages arabes environnants, Tzur Bahr et Jabal Mukaber, faisaient partie du paysage. J’ai vu et connu mes voisins arabes, ils étaient à la fois visibles et invisibles pour moi. J’avais 7 ans lorsque l’Intifada a éclaté en décembre 1987. Je me souviens de la façon dont les règles de vie ont changé, mes visites de Shabbat dans les villages voisins et à Bethléem ont cessé. Nous n’allions plus monter à dos de chameau ni à dos d’âne sur le Mont des Oliviers. Avec nos sens d’enfants, nous avons saisi et assimilé la distance et l’inimitié qui régnaient entre nous et les Arabes. Mais du point de vue de l’enfant, il s’agissait de changements mineurs.

La vie a continué selon le chemin « normal » d’un garçon israélien, un bon garçon de Jérusalem. J’ai terminé mes études au Lycée des Arts de Jérusalem et en mars 1999 je me suis enrôlé dans l’armée. Au cours de mon service militaire, j’ai été exposé pour la première fois, de près et de manière intensive, au peuple palestinien qui partage la terre avec nous. Dans les souvenirs du service militaire, les grands événements et l’expérience personnelle s’entremêlent. Le retrait du Liban, la coopération sécuritaire avec les Palestiniens à l’époque d’Oslo et son effondrement avec le déclenchement de la deuxième Intifada, tout cela a été le contexte et le cadre de mon contact personnel, difficile et quotidien en tant que soldat avec les Palestiniens. Cette rencontre quotidienne au poste de contrôle, sur le terrain et au village, dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, a éveillé ma curiosité. J’ai commencé à comprendre qu’il existe toute une autre dimension de la réalité que je ne connais pas et que je ne comprends pas. Qu’il y a un vrai peuple qui vit à nos côtés, avec tout ce que cela implique. Je voulais mieux connaître ce peuple, connaître sa culture et comprendre sa langue. D’une part, je savais que pour comprendre ce qui se passait réellement ici, je devais aussi mieux comprendre cette nation. Mais je savais que je ne pourrais pas le faire en uniforme. Je voulais regarder les Palestiniens à la hauteur des yeux et non entre les viseurs des armes.

À la veille de l’Opération Bordure Protectrice, en mars 2002, j’ai été libéré de l’armée et je suis rentré chez moi à Jérusalem. Depuis les mois qui ont précédé la libération, je me souviens très bien du sentiment d’émerveillement suscité par la transition brutale entre les “zones de combat” du secteur d’Hébron, où était stationnée mon unité, et le chaos quotidien qui régnait dans les rues de Jérusalem, à un court trajet en bus. Après ma libération, il semblait que le front me suivait jusqu’à Jérusalem. La ville est depuis longtemps devenue la cible privilégiée du terrorisme palestinien et a subi une trentaine d’attentats suicides dans les transports publics au cours des années de la deuxième Intifada. Dans mon premier emploi dans le domaine de la citoyenneté, j’étais chef d’équipe dans l’unité de sécurité des transports publics à Jérusalem. En juin 2002, Rahim (Rami) Zedekiah, le défunt, a été tué lors d’une attaque sur la route 32, près du carrefour de Fat. Rami était le cousin de mon père et un voisin. Il a conduit notre route et nous a ramenés à la maison d’aussi loin que je me souvienne. Le conflit faisait partie de la vie et je voyais le monde à travers une lentille Le fusil Entre l’étal de papa au marché Mahane Yehuda et la sécurité des transports publics, à cette époque, nous étions au front.

Immédiatement après la sortie, j’ai commencé à apprendre l’arabe parlé. J’ai vite réalisé que la meilleure école pour moi était dans les rues de Jérusalem. J’ai commencé à essayer de parler arabe dans les ruelles de la vieille ville et sur les marchés. Au début, l’arabe cassé dans ma bouche reçut une réponse en hébreu poli. Lentement et progressivement, j’ai commencé à converser en arabe. J’ai appris à entendre les Arabes à Jérusalem, plus tard j’ai aussi appris à les écouter. Ensuite, j’ai essayé de les comprendre. J’ai commencé à voir les Arabes de Jérusalem à travers la langue. Jusque-là, ils étaient pour moi présents – absents, visibles et invisibles à la fois. Je voulais en savoir plus sur ce monde et j’ai décidé d’aller à l’université. Je me suis inscrit au Département d’études islamiques et du Moyen-Orient de l’Université hébraïque de Jérusalem. La première chose que j’y ai apprise, c’est que pour en savoir plus sur l’Islam, il faut remonter aux sources. J’ai appris les bases du judaïsme et du christianisme pour la première fois. Afin de maîtriser l’arabe littéraire, j’ai appris les bases de l’hébreu. De mon intérêt pour le mouvement national palestinien, j’ai lu l’histoire et la pensée sioniste. J’ai réalisé que mon histoire israélienne avait une image miroir et un parallèle opposé. Sans abandonner ma place dans l’histoire, j’ai appris que les deux récits existent simultanément et également, dans la conscience, dans le temps et dans le lieu.

Naturellement, mes études étaient liées à Jérusalem. Les ruelles de la vieille ville, ses marchés et ses sanctuaires se sont révélés être le meilleur laboratoire des théories apprises en cours. J’ai pris l’habitude de me rendre au campus du Mont Scopus de différentes manières : à pied via Sheikh Jarrah ou Wadi Joz, en voiture via Abu Tor ou Jebel Mukbar, ou par le bus arabe qui part de la porte de Naplouse jusqu’à Issaouya à proximité en passant par la colline française. Au cours de ces pérégrinations, je me suis familiarisé avec le périmètre de Jérusalem, la barrière de séparation qui était alors construite autour de la ville orientale. Parfois, alors que je me rendais à l’université, j’ai vu un étudiant palestinien briser le mur de béton d’Abu Dis (qui a depuis été scellé) pour arriver à l’heure en classe. Dans les kiosques et les cafés de la Jérusalem arabe, j’ai entendu des opinions et des idées et j’ai appris le statut juridique des résidents palestiniens de Jérusalem et ses conséquences sur leur vie.

Pour gagner ma vie, je suis devenu guide touristique spécialisé dans la Jérusalem arabe et musulmane et dans la question géopolitique de Jérusalem-Est. J’ai fait mes premiers pas dans le monde de la formation à Yad Yitzhak Ben Zvi, un établissement de recherche culturelle et pédagogique axé sur l’histoire de la Terre d’Israël et de Jérusalem. Dans une institution publique, j’ai étudié, enseigné et guidé Jérusalem. Beaucoup de mes collègues de Yad Ben Zvi étaient issus du monde du sionisme religieux. En travaillant à leurs côtés, j’ai beaucoup appris sur des façons de penser très éloignées de mon monde. J’ai demandé à être guidé dans un cadre où je pourrais exprimer mes connaissances sur la ville de l’Est ainsi que mes idées politiques et une vision globale du monde. C’est ainsi que je suis arrivé à la cité des nations. En tant que guide au sein de l’association Ir Amim, j’ai conduit de nombreux Israéliens dans l’arrière-cour de Jérusalem. En ce qui concerne l’injustice et la folie persistantes de la politique israélienne à Jérusalem, l’opinion publique israélienne insiste sur son droit de ne pas savoir. De nombreux participants à la tournée ont fait l’expérience pour la première fois d’une rencontre directe avec la réalité de Jérusalem-Est, pour beaucoup d’entre eux cela a été insupportablement difficile. La tournée commence généralement dans une atmosphère académique et professionnelle dans les quartiers juifs de Jérusalem-Est tels que Gila et Har Huma. Cependant, à mesure que l’on se dirige vers le nord, au cœur de la ville qui lui est reliée, le public israélien se tait, dans un embarras inhabituel face à la réalité qui le menace. Les voyageurs écoutent attentivement, avec un air de peur et de frustration sur leurs visages, ils sont exposés à une autre ville, à une ville de nations, à la Jérusalem inconnue.

Lors des tournées de la ville des nations israéliennes et de Jérusalem, de nombreuses personnes de tous âges sont venues dans les parties arabes de Jérusalem, qui sont unies comme on s’en souvient pour toujours et à jamais. Parmi les lieux visités lors des tournées : Umm Tuba, Tzur Bahr, Jabal Mokher, Ain al-Loza, Silwan, Wadi Kadum, Wadi Khalwa, Ras al Amud, al-Sheikh, Abu Dis, al-Tor, al-Zaim, Al -Issawiya et plus encore. Ces noms véhiculent une étrangeté chez les Israéliens, les charment et les terrorisent en même temps. Après le discours de clôture devant le mur de béton qui entoure le camp de réfugiés de Shoafat, les patrouilles exprimaient leur frustration, argumentaient, accusaient le messager, les Palestiniens ou le reste du monde. Certains ont essayé de trouver une logique dans cette folie et d’autres ont quitté la tournée choqués et blessés. Ils me demandaient : « Alors, quelle est la solution ? Que pouvons-nous faire ? Et moi, qui pendant 4 heures suis entré dans les détails, parlé des processus politiques et leur ai donné des chiffres, je leur aurais donné la réponse suivante : Nous devons réaliser au niveau le plus profond que Jérusalem est un espace partagé. Même si nous construisons le plus haut mur entre nous et eux, nous nous retrouverons toujours à Jérusalem. Israéliens et Palestiniens, juifs, chrétiens et musulmans, religieux et laïcs. Nous partageons tous un espace, une histoire complexe. Naïf est celui qui pense que Jérusalem lui appartiendra entièrement. C’est une attitude qui nous condamne à vivre et à mourir par notre épée. La seule manière réaliste de vivre en paix à Jérusalem passe par cette vision profonde d’un espace commun et cosmopolite. Si seulement nous savons comment faire de Jérusalem une capitale commune, alors le cœur du problème deviendra un modèle possible de solution et les paroles du prophète s’y réaliseront “Et plusieurs nations allèrent et dirent : Allez et montez vers la montagne de l’Éternel… Car de Sion sortira la Torah et la parole de l’Éternel de Jérusalem. Et jugera entre les nations et réprimandera les nations. Beaucoup ont changé leurs épées en socs de charrue et leurs lances en serpes ; Une nation ne lèvera pas l’épée contre une nation, et elle n’apprendra plus la guerre. »

Je termine généralement mes tournées à Jérusalem-Est par un poème, et un poème de Mia Bjarneau est plus que jamais d’actualité. Netanyahou Netanyahou/ Jérusalem ne sera jamais divisée ?/ Jérusalem ne sera pas divisée ?/ « Je ne donnerai pas la main pour diviser Jérusalem -/ Je ne la diviserai pas/ Rabbi Nachman a dit, écoutez :/ « Il n’y a pas plus de cœur entier que un cœur brisé”/ Et Jérusalem est le cœur de la réalité,/ La réalité Un équilibre en elle, comme toutes les villes divisées/ et la réalité divise tout le temps/ comme un corps vivant et ses organes/ et ses parties – il faut s’adapter et rassemblez-les / insérez un cartilage de bénédiction / cartilage – c’est ce que vous devez trouver et produire / trouver sur chaque fracture et fracture / Netanyahu Netanyahu.

Mon parcours académique

J’ai obtenu mon doctorat à l’Institut de Sciences Politiques de Paris (Sciences Po), sous le titre “Des marges au centre – Le nationalisme religieux dans le conflit israélo-palestinien – Une approche comparée”. Mes recherches actuelles portent sur la lutte judéo-musulmane autour de la montagne sainte de Jérusalem – le mont du Temple et la mosquée Al-Aqsa, dans le cadre d’une bourse postdoctorale et j’enseigne au Département de sciences politiques de la Faculté des sciences sociales de l’Université hébraïque de Jérusalem. Alors que j’effectuais mes études de premier cycle et de cycles supérieurs au Département d’études islamiques et du Moyen-Orient de la Faculté des sciences humaines de l’Université hébraïque, j’ai combiné dans mon doctorat les sciences humaines et sociales dans le cadre du programme de sociologie politique comparée de l’École des sciences avancées. Etudes à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris. Dans mes travaux universitaires et de recherche, je combine ma familiarité avec le terrain, les méthodes de recherche des sciences humaines et sociales ainsi que celles du domaine de la recherche politique.

דילוג לתוכן